Dans le cadre de la nouvelle délégation visant à rendre vivante la démocratie locale, Philippe Goyhénèche, adjoint au Maire a invité les conseillères et les conseillers municipaux à répondre aux trois questions suivantes :

  1. Quels sont les objectifs que doit se fixer la Ville vis à vis de nos concitoyens pour  mettre en oeuvre un « bon dispositif de démocratie locale vivante »? En d’autres termes qu’attendez vous d’une bonne démocratie locale vivante ?
  • Par quelle méthodes et quels moyens pensez vous que nous puissions y parvenir efficacement?
  • A votre avis quels sont les sujets qui mériteraient l’organisation d’un débat public ?

Vous trouverez de suite les réponses envoyées par notre groupe, après consultation des Nogentaises et des Nogentais.

Propositions de la liste Nogent – solidarité, écologie, citoyenneté

  1. Quels sont les objectifs que doit se fixer la Ville vis à vis de nos concitoyens pour  mettre en oeuvre un « bon dispositif de démocratie locale vivante »? En d’autres termes qu’attendez vous d’une bonne démocratie locale vivante ?

Nous distinguons trois niveaux d’engagement :

  • assurer la transparence
  • associer les résidentes et résidents (qu’ils soient français ou étrangers, majeurs ou mineurs) aux décisions
  • donner aux résidentes et aux résidents la possibilité de partager la responsabilité du gouvernement de la ville
  • Par quelle méthodes et quels moyens pensez vous que nous puissions y parvenir efficacement?

Pour assurer la transparence :

  • pérenniser la vidéo diffusion des Conseils Municipaux ;
  • mettre en ligne en amont du Conseil Municipal les documents communicables les plus importants ;
  • rendre publique l’assiduité et la rémunération des conseillères et conseillers municipaux
  • communiquer lors Conseils de Quartier sur la mise en place des DSP, des marchés publics, sur les dépenses d’investissement, sur les modifications du PLU.

Pour associer les résidentes et les résidents aux décisions :

  • revoir la charte des conseils de quartiers  afin de
  • leur donner du pouvoir décisionnel sur des questions très locales (par exemple, le détail de l’aménagement d’un certain square, etc) ;
  • leur affecter un budget ;
  • faire en sorte que les élus qui y siègent n’aient aucun droit de vote mais y soient uniquement en tant que relais avec l’équipe municipale ;
  • lancer un contrat local de santé qui identifie les risques, les opportunités, les priorités en terme de santé sur le territoire ;
  • lancer un plan de mobilité communal qui associe les commerçants, les associations de piétons, les cyclistes, les associations de personnes à mobilité réduite ;
  • lancer un budget participatif qui permette d’identifier collectivement les priorités d’investissement, notamment en matière de transition ;
  • sur les sujets les plus controversés (par exemple, le projet cœur de ville) lancer des consultations, des débats et des referendums qui associent toutes et tous les résidents.

Pour donner aux résidentes et aux résidents la possibilité de partager la responsabilité du gouvernement de la ville :

  • allouer une part du budget de la ville au financement des projets issus de la concertation collective ;
  • encourager les investissements participatifs (prêts, dons, minibons, obligations vertes) ainsi que tous les instruments financiers novateurs et citoyens, monnaie locale par exemple.
  • A votre avis quels sont les sujets qui mériteraient l’organisation d’un débat public ?

Nous avons déjà évoqué

  • le contrat local de santé
  • le plan de mobilité local

D’autres sujets importants pour des débats publics :

  • Quels modèles de gestion pour les finances publiques?
  • Quelles priorités pour l’investissement dans la transition écologique?
  • Quelles économies pour aller vers une ville énergétiquement plus sobre ?
  • Comment gérer et financer la réponse aux difficultés sociales générées par la crise du COVID ?
  • La carte scolaire, les écoles, le périscolaire, la restauration scolaire.

Plus généralement, dans une optique de démocratie participative, il faudrait  mettre en place une commission mixte qui identifie les sujets prioritaires pour un débat public.